Prédications Protestantes dans les Alpes du Sud

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

Les Épîtres « pastorales » :

 

LES LETTRES DE PAUL

à TIMOTHÉE et TITE

 


 

 

LES ÉPÎTRES : 1 & 2 TIMOTHÉE ET TITE

 

Les épîtres Pastorales (1 et 2 Timothée et Tite) ont pour souci de défendre le bon dépôt, à savoir le contenu de la foi tel que Paul l'a enseigné : le salut par la foi seule, sans les œuvres. Pour l'auteur des Pastorales, la communauté chrétienne est le lieu où l'on connaît cette vérité.

Défendre la foi évangélique, ce n'est pas se replier sur soi-même et se retirer du monde. Les chrétiens témoignent d'un Dieu qui veut que tous les hommes soient sauvés. Ainsi sont-ils appelés à vivre dans ce monde comme des citoyens responsables.

Plusieurs thèmes s'articulent : l'universalité du salut promis à tous les hommes, la mission de l'Église, le témoignage rendu par le comportement inattaquable de ceux qui en font partie, l'exemple donné. Enfin, la soumission pacifique aux magistrats et la prière pour les rois et ceux qui maintiennent l'autorité, afin que nous menions une vie calme et paisible en toute piété et dignité.

La foi doit se vivre comme fidélité dans la durée. Les chrétiens sont appelés à habiter le monde avec ses contraintes quotidiennes et ses contradictions.

 

Texte d’Elian Cuvillier, Église réformée de France, Institut Protestant de Théologie - Montpellier, dans « Parole Pour Tous », le 15 Janvier 2016

 

 

 

INTRODUCTION aux ÉPÎTRES à TIMOTHÉE

 

Les deux courts billets adressés à Timothée (disciple et compagnon de Paul qui nous est connu par le livre des Actes) ainsi que la petite lettre à Tite, forment ce qu'on appelle « Les Épîtres pastorales ».

Ces lettres, dans leur brièveté même, témoignent du souci pastoral qu'un Apôtre, au soir de sa vie, manifeste à l'égard de ceux qui ont reçu la charge de veiller sur les églises chrétiennes à la fin du ler siècle et au moment où apparaissent les premières hérésies qui menacent leur unité et la fermeté de leur foi.

Nous retrouvons, certes, dans ces lettres les grandes lignes du message paulinien : le salut par la grâce au moyen de la foi, notamment. Mais les préoccupations morales et la volonté de donner à ces églises une structure ministérielle capable de les préserver des déviations possibles semblent prédominer. La foi est plutôt considérée comme un « dépôt à transmettre » : elle apparaît moins nettement comme le lien qui unit le croyant au Christ. Et cependant il ne faudrait pas opposer le message de ses épîtres à celui qu'elles présupposent et qui a déjà été fortement proclamé dans les grandes épîtres aux Romains et aux Galates. Nous sommes à une époque plus tardive où de nouveaux problèmes surgissent et où il convient d'y faire face.

L'intérêt de ces lettres tient aussi au fait qu'elles nous apportent l'écho vivant du culte et de la liturgie de l'Église ancienne. A travers cette louange qui se répercute à travers l'histoire, la grandeur du Christ et de son œuvre ne cesse d'être exaltée et proclamée.

 

Texte de Daniel Atger dans « Parole Pour Tous » .