Prédications Protestantes dans les Alpes du Sud

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

LE LIVRE DU PROPHÈTE AGGÉE







INTRODUCTION AU LIVRE DU PROPHÈTE AGGÉE


538: Cyrus entre à Babylone et délivre les judéens du joug chaldéen ; il leur permet de retrouver leur terre et de reconstruire le Temple détruit par Nabuchodonosor.

Les « olim » (rentrants) ont à leur tête le gouverneur Zorobabel — petit-fils de Jojakim — et le grand-prêtre Josué. Hélas, l'accueil est froid : juifs restés sur place et samaritains (population étrangère déportée en Judée pour remplacer les exilés) vont leur mener la vie dure. Et la reconstruction du Temple va s'arrêter avec la pose de la première pierre ! De plus, pouvoirs politiques et religieux vont s'affronter, chacun croyant détenir la préséance.

C'est dans ce climat que s'inscrivent les prophéties d'Aggée et de Zacharie, vers 520. Sous leur impulsion les travaux reprennent, et en 516 la joie est grande : ne voit-on pas s'accomplir la prophétie de Jérémie : le Temple relevé, exactement 70 ans après sa destruction !

Texte de » Christine Abel dans « Parole Pour Tous 


LE LIVRE D’AGGÉE

Avec les premiers retours de déportés de retour d'exil à Babylone, il y avait bien eu un élan initial pour reconstruire les fondations du Temple de Jérusalem. Mais malgré le charisme d'un Zorobabel, les obstructions n'ont pas tardé à se présenter sous les traits de Judéens non partis en exil et éconduits qui deviennent de farouches opposants à la construction du Temple pendant la fin du règne de Cyrus, roi de Perse et jusqu'au temps de Darius, c'est-à-dire entre 537 et 522.

Et comme cette difficulté finit par avoir raison de toute bonne volonté, le peuple d'Israël s'est laissé entraîner dans un égocentrisme oublieux de Dieu. Il est donc temps de réagir. Un prophète se lève alors en l'an 520. Il a pour nom... tout un programme ! En effet, Aggée signifie "fête" ou plus exactement "né un jour de fête" (à la fête des Tentes ?). Et pour que la fête soit belle, ne faut-il pas qu'il y ait un Temple à Jérusalem ?

Le message du prophète se focalise très vite sur l'exhortation à bâtir la "Maison de Dieu". Et ses oracles s'inscrivent dans une chronique (inachevée) de chantier de reconstruction du Temple qui s'étend de fin août à mi-décembre 520. Le gouverneur Zorobabel redevient même à cette époque un héros assimilé au "Serviteur de Dieu", à "l'élu du Seigneur".

Texte de Claude Mourlam dans « Parole Pour Tous », le 24 Novembre 2008



LES LIVRES D'ESDRAS, AGGEE et NÉHÉMIE

Textes irremplaçables pour connaître l'histoire de la reconstruction du Temple de Jérusalem au retour de l'exil à Babylone en 538 av. J.-C. Voilà pourquoi la proclamation du prophète Aggée en 520 av. J.-C. est à envisager dans ce même contexte, car les atermoiements ne vont pas manquer dans la volonté commune de rebâtir.

Si les concordances chronologiques présentent pas mal de difficultés, le thème de la restauration offre plus de prise. Il indique assez bien les écueils qui ont surgi entre la population laborieuse du lieu et une poignée d'exaltés revenus d'exil, désireux de faire revivre une période certes prestigieuse à leurs yeux, mais sans les moyens substantiels nécessaires, et, probablement, avec trop peu de bras valides. Le Temple n'a en effet sa signification réelle que par le peuple qui constitue la communauté devant Dieu. Sinon ce ne serait qu'une ritualité parmi d'autres.

Aggée donne un sens spirituel et une espérance à son appel au travail : le Jour du Seigneur est proche. L'attente d'un messie légitime, appelle et soutient tous les efforts de reconstruction pour des temps nouveaux. La joie irradie les jours les plus sombres, les difficultés les plus rudes. Alors ! Que ce travail bâtisse aussi rires et chants !

Texte de Jacky Argaud dans Parole Pour Tous, le 5 Septembre 2005