Prédications Protestantes dans les Alpes du Sud

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

CONFESSIONS DE FOI


Vous trouverez ici quelques confessions de foi proclamées dans quelques contextes bien  particuliers, qui pourront enrichir votre liturgie :






Martin Luther King, à Oslo, 10 Décembre 1964 (lors d’un culte, après sa réception du prix Nobel de la Paix)


Aujourd'hui, dans la nuit du monde et dans l'espérance de la Bonne Nouvelle, j'affirme avec audace ma foi en l'avenir de l'humanité.

Je refuse de croire que les circonstances actuelles rendent les hommes incapables de faire une terre meilleure.

Je refuse de croire que l'être humain n'est qu'un fétu de paille ballotté par le courant de la vie, sans avoir la possibilité, d'influencer en quoi que ce soit le cours des événements.

Je refuse de partager l'avis de ceux qui prétendent que l'homme est à ce point captif de la nuit sans étoile, du racisme et de la guerre, que l'aurore radieuse de la paix et de la fraternité ne pourra jamais devenir une réalité.

Je refuse de faire mienne la prédication cynique que les peuples descendront l'un après l'autre dans le tourbillon du militarisme vers l'enfer de la destruction thermonucléaire

Je crois que la vérité et l'amour sans condition auront le dernier mot effectivement. La vie, même vaincue provisoirement, demeure toujours plus forte que la mort. Je crois fermement que, même au milieu des obus qui éclatent et des canons qui tonnent, il reste l'espoir d'un matin radieux.

J'ose croire qu'un jour tous les habitants de la terre pourront recevoir trois repas par jour pour la vie de leur corps, l'éducation et la culture pour la santé de leur esprit, l'égalité et la liberté pour la paix de leur cœur.

Je crois également qu'un jour toute l'humanité reconnaîtra en Dieu la source de son amour. Je crois que la bonté salvatrice et pacifique deviendra un jour la Loi. Le loup et l'agneau pourront se reposer ensemble, chaque homme pourra s'asseoir sous son figuier, dans sa vigne, et personne n'aura plus raison d'avoir peur.

Je crois fermement que nous l'emporterons[1].

Amen !


[1] « We shall overcome », gospel rassembleur des marches pour les droits civiques, chanté par Joan Baez à Washington en 1963.



Confession de foi de la Cimade :


Levons-nous pour entendre et proclamer l’expression de notre foi :


Nous croyons en Dieu,

qui nous appelle à œuvrer à ses côtés,

en vue de maintenir le monde

et de le faire, chaque jour, nouveau.

Il est notre lumière,

et nous avons besoin de son amour,

tout comme, lui aussi, il a besoin de notre amour.


Nous croyons que le Christ est venu

pour aider tout être à porter sa souffrance

et lui indiquer le chemin de la vie et de la joie.

Il est à nos côtés,

que nous soyons ou non capables de le reconnaître,

et nous avons confiance en lui,

tout comme, lui aussi, il a confiance en nous.


Il nous a donné son Esprit,

qui nous ressource et nous appelle,

afin que nous ne restions pas au-dehors,

mais que nous puissions contempler sa gloire.

Nous croyons que Dieu établira un jour sur la terre son Royaume,

qu’il transformera notre monde

et nous transformera nous-mêmes.


En vue de ce Royaume,

il nous appelle à former un peuple nouveau,

et il nous conduira jusqu’à ce matin éternel,

où nous saurons reconnaître en tout visage son visage,

en tout être et en tout regard l’image de sa divinité.


C’est en lui et en lui seul que nous plaçons notre foi,

car c’est lui et lui seul qui peut nous conduire à la vie


AMEN !


Confession de foi de Roland de Pury (1942) :


Je crois en Dieu

qui a créé le monde

pour que nous le cultivions

et pour que nous en célébrions

la bonté et la beauté.

Il est la source de la vie.


Je crois en Dieu

qui a remis son pouvoir

à Jésus le Serviteur,

mort et ressuscité

pour le pardon et la liberté

de tous les êtres humains.

Il est le prix de notre vie.


e crois en Dieu

qui, par son Esprit, nous unit à son Fils

pour que nous combattions le mal

et construisions une juste paix

dans l’espérance de son Royaume.

Il est le sens de notre vie.


Amen !


De Canaan Sodindo Banana, (1936 - 2003), Pasteur méthodiste et premier président du Zimbabwe (1980-1987)


Le credo du peuple :


Je crois en un Dieu aveugle aux couleurs,

Créateur de peuples multicolores,

Qui a créé l’univers

Et l’a assuré de ressources abondantes

A distribuer avec équité à tous ses peuples.


Je crois en Jésus-Christ,

Né d’une femme ordinaire.

Il a été ridiculisé, défiguré et exécuté.

Le troisième jour, il s’est levé et a repris le combat.

Il prend d’assaut les plus hauts Conseils des hommes

Où il renverse l’empire de fer de l’injustice.

Puis, il continuera

A juger la haine et l’arrogance des hommes.


Je crois en l’Esprit de Réconciliation,

A l’unité du corps des dépossédés,

A la communion des peuples souffrants.

Je crois à la puissance qui terrasse les forces déshumanisantes,

A la résurrection de la personne, de la justice et de l’égalité,

Et au triomphe final de la fraternité.



De Francine Carillo, Pasteure (Genevoise), écrivaine, poétesse, auteure avec Lytta Basset et Suzanne Schell de "Traces Vives", Paroles liturgiques pour aujourd’hui, édité par Labor et Fides en 1997.


Je crois en Dieu,

Père de Jésus-Christ et notre Père.

De lui, je reçois mon nom

et l'appel à être vivant.

Je crois en Jésus-Christ.

fils de Marie

et compagnon de mon humanité.

Dans son visage,

je reçois tous les visages à aimer.

Je crois en l'Esprit-Saint,

respiration de tendresse

entre le Père et le Fils.

De lui, je reçois le Souffle

qui fait respirer ma vie jour après jour.

Je crois l'Eglise.

corps du Christ pour le monde,

unie dans son fondement,

plurielle dans ses manifestations.

D'elle, je reçois

avec mes sœurs et frères de baptême,

l'élan de vivre à la suite du Crucifié ressuscité.


Amen !


Et pour l'avent :


Pas étonnant, dit Dieu, que notre histoire soit tissée

de rendez-vous manqués !


Vous m'attendez dans la toute-puissance

et je vous espère dans la fragilité d'une naissance !


Vous me cherchez dans les étoiles du ciel

et je vous rencontre dans les visages qui peuplent la Terre !


Vous me rangez au vestiaire des idées reçues

er je viens à vous dans la fraîcheur de la grâce !


Vous me voulez comme réponse

et je me tiens dans le bruissement de vos questions


Vous m'espérez comme pain

et je creuse en vous la faim !


Vous me façonnez à votre image

er je vous surprends dans le dénuement d'un regard d'enfant !


Mais, dit Dieu,

sous les pavés de vos errances,

un avent de tendresse se prépare

où je vous attends comme la nuit attend le jour.


Confession de foi de l’Église Unie du Canada


                               Nous ne sommes pas seuls,

nous vivons dans le monde que Dieu a créé.

                              Nous croyons en Dieu

qui a créé et qui continue à créer,

qui est venu en Jésus, Parole faite chair,

pour réconcilier et renouveler,

qui travaille en nous et parmi nous par son Esprit.

                              Nous avons confiance en Dieu.

Nous sommes appelés à constituer l'Église :

pour célébrer la présence de Dieu,

pour vivre avec respect dans la création,

pour aimer et servir les autres,

pour rechercher la justice et résister au mal,

pour proclamer Jésus, crucifié et ressuscité,

notre juge et notre espérance.

Dans la vie, dans la mort, et dans la vie au-delà de la mort,

Dieu est avec nous.

                             Nous ne sommes pas seuls.


Grâces soient rendues à Dieu.


Amen !


Confession de foi dite « de Montpellier » :

écrite dans les années 70 par deux professeurs de la Faculté de Théologie : Michel Bouttier († 2015) et Daniel Lys († 2014).


Pour le monde et pour moi, j’ai confiance en Jésus de Nazareth.

Il est le seul sauveur et maître.

Il a été l’homme véritable

comme nul homme ne peut l’être par lui-même.

Il est mort sur une croix

pour les autres et pour le monde, comme pour moi.

Il est ressuscité, il est présent parmi les hommes

et, pour les servir, il recrute son Eglise

sans tenir compte de nos distinctions.

Il agit par les hommes et les femmes dans l’histoire

pour l’amener à son but : un univers réconcilié dans l’amour.

Aussi, je ne crois à la fatalité, ni de la guerre, ni de la haine,

ni de la catastrophe, ni de la mort,

parce que je crois que Jésus nous libère

pour des décisions libres.

Grâce à lui, Dieu a un visage, Il a un nom, celui de Père.

Grâce à lui, ma vie a un sens, l’univers aussi.

Pour le monde et pour moi,

J’espère en Jésus de Nazareth. Il vient.


Amen !