Prédications Protestantes dans les Alpes du Sud

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

DIMANCHE 30 Aout 2020

Culte à Gap (05000)

 

 Lectures du Jour :

Jérémie 20 : 7-9

Psaume 63

Matthieu 16, 21-27

Romains 12, 1-2

 


Le rôle des prophètes

 

Je vous propose aujourd’hui de chercher à entendre la Parole de Dieu et à accueillir l’Évangile en cheminant avec les quatre textes qui nous sont proposés pour ce dimanche :

  1. ceux de l'ancien testament : Jérémie 20 versets 7-9 et le  Psaume 63,
  2.  ceux de l’évangile de Matthieu. Et pour finir l’épître de Paul aux Romains

 

Tout d'abord arrêtons-nous sur Jérémie. Essayons de replacer Jérémie dans le contexte historique des versets proposés :

 

Jérémie, est né pas très loin de Jérusalem à Anatoth vers 645 avant Jésus Christ. Il est le descendant d'une lignée de prêtres. Il mourra  après -587 déporté contre son gré vers  l’Égypte.

Très jeune il est reconnu comme porte-parole de Dieu qu'il restera pendant plus de 40 ans. Selon les écrits, l'inconvénient de son jeune âge est balayé par le fait que Dieu parle par la bouche de Jérémie.

 

Son livre qui le désignera comme un des grand prophètes d'Israël relate son ministère dans une période compliquée pour Israël autant spirituellement que politiquement.

 

 Dans cette période la foi des Juifs chancelle, elle s'est transformée malgré des interventions du roi Josias qui veut remettre le temple au centre de la vie religieuse.

Les Juifs se sont éloignés du message de Dieu et sombrent dans l'idolâtrie, le temple devient un objet magique, le précieux que Dieu sauvera de toute profanation...

 

Politiquement, le pays n'est pas assez fort pour être autonome, il est balloté entre les puissances  de l'époque l’Assyrie, la Babylonie, l’Égypte.

 

Les choix d'alliances ne sont pas du tout judicieux, voltefaces et trahisons sont légion.

 

En -589 le roi de Jérusalem rompt le serment d'allégeance à Nabuchodonosor roi de Babylone en faveur de l' Égypte et va sonner de ce fait, la destruction de Jérusalem et le pillage du temple.

 

Jérémie se retrouve presque seul contre tous.

Il est déchiré entre le message de Dieu et l'amour pour son peuple.

Il va devoir appeler son peuple à revenir vers Dieu

Son message se réfère beaucoup  à l'actualité nationale et internationale et ouvre le dessein de Dieu non pas au peuple Juif seulement, mais au monde entier.

 

Jérémie se retrouve à dénoncer les manœuvres du pouvoir et à annoncer au peuple qu'il va vers des jours sombres, s'il ne renonce pas à ses mauvaises conduites.

 

Ces paroles dures à entendre même scandaleuse pour les religieux, font passer Jérémie pour un pro-babyloniens un collaborateur de l'ennemi.

Elles vont le mener à subir la colère du grand prêtre et être mis au pilori devant l'accès au temple.

 

Le texte d'aujourd'hui a été placé à la suite de cette épreuve.

Jérémie vient de subir l'humiliation d'être attaché au poteau des condamnés. Il a quand même persisté dans ses prédictions après cette épreuve, mais l'on peut imaginer sa rancœur, envers ce Dieu qui a fait de lui son porte-parole du malheur qui guette le peuple.

 

Ce peuple pour qui Jérémie à beaucoup de tendresse mais auquel il doit asséner une parole de reproche et lui ordonner de revenir sur le droit chemin.

 

Relecture de Jérémie 20 : 7-9

 

Le Psaume 63 que nous avons entendu au moment de la louange fait partie des textes du jour.

Dans ce Psaume, David se trouve dans le désert de Juda poursuivi par Saul, qui le jalouse, car David a été choisi pour être le nouveau roi des Juifs. Il a fui la colère de Saul avec quelques fidèles.

Au travers de ce Psaume, David est dans une situation pas des plus simple, isolé dans le désert suite au choix divin de faire de lui le nouveau guide du peuple Juif. Il est donc en opposition avec le pouvoir en place, en difficulté dans une zone aride.

On retrouve des similitudes avec la situation de Jérémie, un élu de Dieu rejeté par le pouvoir, en proie aux difficultés matérielles, mais gardant en eux la foi.

 

Dans ce texte, David témoigne d'une grande confiance devant l'adversité, d'une assurance en Dieu pour assumer son rôle d'élu :

 

Un prophète, c’est celui qui apporte un contre-pouvoir dans la société.

Là où le roi et les prêtres sont alliés, travaillent ensemble pour ordonner la société, le prophète est là pour contester, pour alerter, pour déranger cette belle machine bien huilée qui autrement, finirait par oublier d’autoriser l’irruption de la parole divine.

 

Mais un prophète, vu de l’intérieur pourrait-on dire, c’est celui qui est appelé par Dieu, qui vit habité par cette relation avec Dieu, tellement qu’il voit le monde avec le regard de Dieu.

Sa vision est plus grande que la courte vue de l’humanité recherchant son propre intérêt immédiat.

Et c’est ainsi qu’il peut voir les conséquences possibles de ce qu’il voit se dérouler autour de lui, en même temps qu’il voit quel autre avenir pourrait dessiner une situation où le peuple entier s’alignerait sur la volonté de Dieu et ses projets pour lui.

Il voit les possibilités, les catastrophes possibles comme l’avenir radieux possible, et il voit quels choix de vie pour le peuple pourraient éviter les catastrophes pour faire basculer ces possibilités du bon côté.

 

Le texte de Jérémie comme le psaume 63 sont dans la même veine, ils nous donnent une idée de ce que vit le prophète, le croyant qui est assez proche de Dieu pour pressentir ce que ses choix et les choix de ceux qui l’entourent vont provoquer.

Cela ne prédit pas un long fleuve tranquille mais une énergie de vie ressemblant à un feu intérieur permanent pour Jérémie, un feu qui ne s'éteint jamais, même quand on n’en peut plus il est toujours présent au fond de nous, en sommeil.

Il y a toujours la possibilité de le raviver et de retrouver une vision du monde, un avenir différent si les changements sont vrais.

 

Passons au texte dans Matthieu

 

Relecture de Matthieu 21

 

Dans le texte de  Matthieu, Jésus prophétise, comme Jérémie, un avenir terrible, et Pierre ne veut pas croire à cet avenir bien sombre, il ne peut accepter la déchéance de son seigneur, comme les Juifs 500 ans plutôt ne voulaient accepter les paroles de Jérémie.

 

Quel contrepied de la part de Jésus, qui annonce un peu avant, que Pierre sera la Pierre sur laquelle son église sera bâtie.

Cette Pierre censée apporter la lumière au monde, cette fondation inébranlable devient l'obstacle à la route de Jésus, ce caillou qui dans l'obscurité vous fait trébucher.

 

Jésus nous rappelle une nouvelle fois que rien n'est figé.

 

Simon avait laissé Dieu lui parler, il avait accepté d'être le prophète en annonçant Christ comme messie mais Pierre a qui les clefs du royaume ont été données par Jésus, s'est rempli de certitudes tant recherchées par l'être humain et oublie d'écouter la parole de son père.

 

De même Josias avait remis le temple au centre de la vie religieuse mais les croyants en avaient fait leur baguette magique pensant être protégés de tous les maux.

 

Jésus fils de Dieu, prophète reconnu par le monde, présage de la route à suivre la nécessité de souffrir pour changer ce monde et Pierre à une réaction tellement humaine :

 

« Mais non, cela n'arrivera pas, nous, humains ne le permettrons pas »

 

Comme Pierre, Jérémie non plus n'en voulait plus de ces souffrances et tous les deux ont tourné le dos à la Parole. Et tous deux sont revenus à Dieu tous deux ont ravivé le feu.

 

C'est une belle espérance pour chacun de nous, voir Pierre capable du meilleur comme du pire, de voir Jérémie repousser Dieu et revenir vers lui.

 

Relecture de Romains 12

 

Le texte aux romains me semble bien conclure ces réflexions.

Paul, dans l'épitre aux romains, nous exhorte à nous ouvrir au Seigneur afin de nous transformer, à renouveler notre intelligence et nous donner le discernement de la parole  n'est-ce pas le témoignage, la mission de Jérémie et de David, de ne pas se conformer au monde, n'est-ce pas la fonction du prophète ?

 

Paul en évangélisant a permis la naissance de plusieurs églises, il a ouvert la voie à beaucoup d'hommes et de femmes, il leur a permis d'allumer ce feu dont parle Jérémie. Il les exhorte maintenant à garder ce feu bien allumé de ne pas sombrer dans la facilité du monde mais d'être les messagers du bon, du bien, du juste, d’être les prophètes de notre époque.

 

Quand nous avons choisi cette route, celle de la foi avec Dieu, quoi que nous fassions, Lui, reste proche, tellement proche que ce n'est pas notre amour pour lui qui réside dans notre cœur et dans nos os, mais c’est son amour pour nous.

Et c’est cet amour profondément ancré en nous que nous accueillons quand nous choisissons de le laisser entrer dans notre vie, que nous l’ayons fait lors d’une expérience de conversion fulgurante, ou plus discrètement au fil des jours de notre vie spirituelle, cet amour nous ouvre les yeux.

 

C’est son amour pour nous qui attend patiemment au plus profond de nous, que nous soyons prêt.es à revenir vers lui pour le recevoir, et en recevoir la force, la joie et la paix profondes que nous donne la relation avec Dieu. Il va éclairer notre vie, nous fait ressentir l'évolution de notre société et nous donne une autre vision du monde.

 

De la même manière que Dieu n’a pas attendu que nous soyons capables, assez purs, assez saints, pour venir à lui, mais qu’il a envoyé son Fils Jésus Christ tout donner pour nous, il a tout mis en nous, au plus profond tout est là.

Tout le combustible de ce feu divin est en nous.

Nous avons tout le nécessaire pour vivre une relation qui change toute notre vie, qui fait de nous des prophètes, ne serait-ce par nos actes dans la vie de tous les jours, chaque fois que nous choisissons de nous lancer, ou de nous relancer, une fois ou mille, dans cette aventure. Il suffit de souffler sur les braises et il illumine à nouveau notre vie. Au travers de nous il éclaire le monde sur la vie que le Christ nous propose.

 

Ce n'est pas un bonheur permanent, une assurance de zéro risque mais comme Jérémie, quand nous doutons, quand la vie est trop dure, quand le souffle nous manque, ne cherchons pas autour de nous, autre chose, nous ne trouverions rien qui égale cette relation.

 

Rien ne pourra nous la faire oublier, même les distractions les plus formidables du monde.

Ce monde n'est pas que mal et douleurs et destruction de notre planète mais il est humain.

Il ne nous est pas demandé de le détester car les quatre acteurs des textes du jour aimaient leurs pays jusqu'à mettre leur vie en jeu. Laissons le feu de notre Dieu briller au travers de nous et rien de pourra l'éteindre en nous.

 

Amen !


Pierre BRUNET