Prédications Protestantes dans les Alpes du Sud

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

 

 

 


Charles LAVAUD (1881-1945)

 

Pasteur de l’Eglise Réformée

(1906-1940)



AVANT PROPOS

 

Le 09 Mars 2014 décédait à Vaison La Romaine, Odette LAVAUD, fille de Charles, à l’âge de 97 ans. Elle était née le 18 mars 1917 à SAINT-LAURENT-DU-PAPE (Ardèche) où son père était en poste pastoral depuis Mai 1914.

Résidant à Vaison la Romaine, elle revenait chaque été à Trescléoux, le village de sa famille paternelle et plus exactement de sa grand’mère (née Elisa Françoise Vercueil), d’une vieille famille huguenote ayant fourni à Trescléoux quelques pasteurs. Elle estivait là, dans la maison familiale.


Elle avait inséré dans son testament un legs de 2.000 € « pour l'entretien intérieur du Temple de TRESCLEOUX ».

L’été suivant, à la demande de Jacques, l’un de ses neveux, un culte d’action de grâces fut célébré dans le temple de Trescléoux, présidé par le pasteur Pierre Fichet, qui l’avait bien connue lorsqu’il desservait la paroisse (de 1968 à 1974). Ayant lui-même pris sa retraite, il ne manquait pas de lui rendre visite dans l’été et d’organiser chez elle des cultes de maison.

Dans l’été 2019, une amie commune[1], voisine d’Odette, nous remet un carton contenant 64 prédications de Charles, qu’Odette lui avait confié, certaine qu’elle en ferait bon usage.


Un rapide examen des feuillets très bien conservés, de cette écriture magnifiquement calligraphiée sur des supports très divers, nous fait prendre conscience de la valeur de ces textes.


La période couverte, de Décembre 1912, peu avant la déclaration de guerre, toute la période de la guerre et surtout l’après-guerre, jusqu’à la veille de la seconde, nous permettront certainement de percevoir les évolutions théologiques, les rapports au patriotisme, les interrogations posées à ce pasteur revivaliste, compagnon de Jean Cadier, membre actif de la brigade de la Drôme.

Nous avons donc pensé que le « bon usage » pourrait être de partager ces textes centenaires avec le plus grand nombre et à cette occasion, en nous penchant sur le détail de ses ministères pastoraux, sortir de l’oubli la mission de Charles, ce serviteur du Seigneur. Inlassablement, avec ses confrères du Sud de la Drôme, ils se fixèrent comme mission, dans l’entre-deux guerres, de replacer Jésus Christ au centre de la vie de leurs fidèles et plus largement des habitants de leurs paroisses, avec pour seule arme l’œuvre du Saint Esprit. Ainsi se développa un Réveil aux traces ténues mais visibles encore aujourd’hui, que l’Histoire retiendra sous le nom de « Brigade de la Drôme ».


Pour que leur nom, leur foi, leur engagement ne soient pas oubliés.


« Esprit qui les fit vivre,

Anime leurs enfants

Pour qu’ils sachent les suivre. »[2]

 

 

François PUJOL

Mai 2020


[1] Jacqueline (et Jean) Schuler

[2] Refrain de l’hymne « La Cévenole » -Paroles de Ruben Saillens. Chantée pour la première fois lors d'une réunion commémorant le tricentenaire de la révocation de l'Édit de Nantes, à Saint-Roman-de-Tousque, le 23 août 1885.