Prédications Protestantes dans les Alpes du Sud

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

LA SECONDE Lettre de PAUL 

aux CORINTHIENS


LES DEUX ÉPÎTRES DE PAUL AUX CORINTHIENS

Corinthe, capitale de la province romaine de Grèce, était une ville cosmopolite, aux multiples contrastes, sociaux, économiques, culturels et religieux.

D'après Actes 18/1-18, la mission de Paul y dura dix-huit mois, en 50-52. Il garda d'étroites relations avec la communauté. Nos deux épîtres ne représentent qu'une partie de sa correspondance avec les Corinthiens (1 Co 5/9 ; 2 Co 2/3, 7/8), et il est possible que « 2 Corinthiens » regroupe plusieurs lettres.

Ces échanges ont été motivés par les difficultés connues par cette jeune Eglise. « 1 Corinthien » atteste des divisions, des interrogations et des désordres, liés sans doute au passé culturel et religieux de convertis issus du paganisme. « 2 Corinthiens » reflète une situation dramatique : l'apostolat de Paul a été violemment contesté par des « super-apôtres » (11/15, 12/11), probablement des émissaires d'une mission judaïsante (ch. 3, 10­12).

En réponse, Paul développe toutes les conséquences de l’Évangile du Christ crucifié (1 Co 2/2).

Cette correspondance a été rédigée vers l'année 56, pendant le séjour de Paul à Éphèse, puis en Macédoine.

Texte de J.C. Ingelaere dans « Parole Pour Tous ».


SECONDE ÉPÎTRE DE PAUL AUX CORINTHIENS

Cette épître, sans doute composée à des moments différents, vers l'année 57, est unique parmi les écrits de Paul. Avec fougue, mais aussi avec amour, l'apôtre défend son ministère d'apôtre et répond à des contradicteurs, en réaffirmant l’Évangile pour lequel il a été fait apôtre.

Après avoir écrit sa première lettre, Paul a dû faire une rapide visite à Corinthe pour remettre de l'ordre dans l'Eglise (2 Cor. 12-14, 13, 1-2). Mais il s'est heurté à une vive opposition, certains membres de l'Eglise allant jusqu'à contester l'authenticité de son apostolat.

Nous n'avons pas ici un exposé doctrinal bien construit. La pensée de l'apôtre n'est pas toujours facile à suivre tant il écrit avec passion. Par contre, c'est dans cette épître que nous apprenons le mieux à connaître le cœur de Paul, sa personnalité, ses luttes, ses faiblesses. Nous y voyons un apôtre sensible, fragile, peu sûr de lui, mais sûr de la puissance de l’Évangile et de l'amour de Dieu.

Texte de Robert Somerville dans « Parole Pour Tous ».