Prédications Protestantes dans les Alpes du Sud

Cliquez ici pour modifier le sous-titre

DIMANCHE 20 novembre 2016

Culte à Gap (05000)

Lectures du Jour :

2 Samuel 5, 1-3

Luc 23, 35-43

Colossiens 1,12-20





Mais où est la Bonne Nouvelle  ?


Enfin , c'est quand même un peu fort ! Pourquoi le choix de ce texte en cette période de l'année où l'on s'attend à autre chose ? Alors que tout annonce la fête de Noël, l'attente de l'Avent avec ses lumières, ses décorations, ses cadeaux en préparation, ses nourritures délicieuses, ses crèches où l'on magnifie la naissance du petit Jésus, eh bien ce texte nous parle de Croix, de cruauté , de violence dans les actes et les paroles ! Où est la Bonne Nouvelle ici ?

Ici l'on torture , l'on met à mort un innocent , c'est à dire non coupable d'un crime contre l'homme : c'est Jésus que l'on crucifie, mort lente et cruelle , que l'on donne à voir aux hommes comme un spectacle à la fois dissuasif et pour repaître les spectateurs d'un évènement qui assouvit leur appétit de violence ! l'ACAT nous le rappelle souvent qui dénonce la torture et les condamnations d'hommes et de femmes qui ont seulement trop parlé d'injustice et d' abus de pouvoir , et qui sont parfois simplement victimes de jalousies . L'ACAT et Amnesty ont besoin de rappeler aux hommes que la violence ne résout rien de leurs problèmes et ,pour nous qui nous disons chrétiens ,

l'ACAT nous incite à la réflexion sur les évènements du moment et à prendre courageusement la parole contre l'injustice et la violence.

Revenons au texte : il nous rappelle que de la naissance de Jésus jusqu'à sa résurrection , en passant par sa mort sur la croix, il y a un fil rouge : la présence de l'amour, non pas un amour vague, indéterminé, mais l'amour de Dieu pour l'humanité, incarné en son envoyé , son fils Jésus-Christ. C'est un amour dans toutes les circonstances de la vie que nous montre ce texte : en fait, il nous dit tout sur ce que nous pouvons être !

Voilà donc Jésus cloué sur la Croix : imaginons-nous ce que cela peut être de souffrances et d'humiliation à être ainsi devant le peuple qui se repaît de sa torture, qui se moque , ou bien qui pleure silencieusement dans la crainte ; mais Luc nous dit que ses amis s'étaient éloignés, donc l'avait abandonné, Jésus est seul , personne ne le comprend , il n'a aucun soutien.

Et pourtant, il parle !même à l'heure de sa mort, Jésus ne paraît ni désespéré, ni muet,

il parle et Luc a mis en valeur trois paroles dans la bouche de Jésus , trois paroles qui n'ont pas fini d'interpeller et de diriger notre vie et notre mort.

Ces trois paroles ont souvent inspiré des musiques fortes d'émotion chez de nombreux compositeurs ( Bach, Liszt, Poulenc…) car elles renferment tout ce qui fait le fondement de la vie : le pardon , l'espérance , et la confiance .

Jésus ne crie pas vengeance, il ne se réclame pas de la loi du talion  (« œil pour œil, dent pour dent » ) ce qui aurait été compréhensible ! Non, il reste fidèle à Dieu et à sa mission.

La première de ses paroles est une prière adressée à Dieu : « Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font. »Il vit jusqu'au bout ce qu'il a dit et enseigné : »Priez pour ceux qui vous persécutent ». Jésus prie pour tous les responsables de sa mort,qui n'ont pas conscience de la portée de leurs actes, et ,par cette prière, il appelle à briser le cercle de la violence et de la haine . Il n'est pas venu pour montrer le chemin du salut à ses seuls amis, mais il veut que tous les hommes soient sauvés, même ses pires ennemis : - ceux qui l'ont accusé injustement,

- ceux qui l'ont torturé,

- ceux qui se moquent de lui, et se moquer c'est abaisser l'autre , le mépriser, le considérer comme nul,

- ceux qui lui enjoignent «  descends de la croix, sauve -toi toi-même ».. 

Bien sûr , ils n'ont pas conscience de qui est Jésus réellement : les soldats romains ne font que leur sale boulot, les chefs des peuples sont soulagés parce qu'ils ont éliminé un dangereux agitateur, les disciples ont peur de témoigner et peut-être n'ont-ils pas encore compris qui était Jésus,et dans le doute...tout le monde croit bien faire dans cette histoire . Jésus a bien compris cela et il pardonne : il ne place pas les hommes sous le jugement de Dieu ,mais sous sa patience, sous son amour. Il les sait coupables, il nous sait coupables aussi, mais dans son amour il ne peut que pardonner.

Il se révèle pleinement le Sauveur de l'humanité. La croix révèle notre faute, mais aussi l'amour profond de Jésus pour chacun de nous. Savons-nous aussi pardonner à ceux qui nous ont offensés ? Saurons-nous réagir à l'offense par un excès d'amour ?

La deuxième parole est étonnante , mais elle révèle la royauté du Christ : »Aujourd'hui, tu seras avec moi dans le paradis »! Qui est cet homme qui peut dire ces choses ? Oui, il y a bien une inscription au-dessus de lui qui dit : »C'est le roi des Juifs. » Qui a placé cet écriteau là , et pourquoi ? Quelqu'un qui se moque ? Quelqu'un qui a peur de ce crime ?

Les deux autres crucifiés sont probablement des hommes qui avaient fomenté des soulèvements contre l'autorité romaine et donc avaient utilisé la violence pour cela.En tout cas des brigands. L'un est rempli de haine et insulte Jésus ; il a bien entendu parler de lui puisqu'il lui dit: « N'es-tu pas le Messie ? Ne peux-tu pas te sauver et nous sauver par la même occasion ? » Il doit penser « avec ce Jésus on ne peut arriver à rien ! » L'autre brigand est différent. Il a conscience du rapport entre sa faute et sa condamnation. Il reconnaît ses torts et assume ses actes. Cela lui permet de voir Jésus avec un tout autre regard : il a certainement lui aussi entendu parler de Jésus et il reconnaît son innocence et comprend l'injustice qui le frappe.En fait il reconnaît en Jésus sa dignité , sa royauté , et lui adresse cette requête « Souviens-toi de moi quand tu viendras comme roi ».Quelle foi ! Quelle conversion ! Voilà un pauvre type qui au moment de mourir a encore la force d'espérer, de croire en un acte salvateur ! Et la réponse de Jésus va bien au delà de sa propre attente : »Je te le dis, aujourd'hui , tu seras avec moi dans le paradis ».C'est à dire le lieu où les justes sont auprès de Dieu attendant la résurrection des morts.Jésus sur la croix ouvre l'espérance en une justice de Dieu qui excède la justice humaine .Sa parole libère un surplus d'espérance pour quelqu'un qui se croyait à jamais condamné !

La vie comme la mort de Jésus est source de solidarité avec les petits, les exclus , les condamnés qui font appel à Dieu. Jusqu'au bout , Jésus témoigne de la miséricorde de Dieu pour ceux qui se tournent vers lui.Et il manifeste ainsi sa royauté d'amour.

Enfin, la troisième parole de Jésus sur la croix est une prière : »Père, je remets mon esprit entre tes mains ». Cette dernière parole fait écho à la première parole de Jésus prononcée à 12 ans dans le temple : »Ne savez-vous pas qu'il faut que je m'occupe des affaires de mon Père ? » Comme la première elle est une invocation à Dieu comme Père. Jésus a maintenant accompli sa mission : il peut alors s'abandonner à cet amour qu'il a voulu annoncer aux humains . Pour Luc, c'est l'ultime témoignage public de sa foi , une foi victorieuse de la haine et du désespoir. Une foi qui se manifeste au plus fort de l'épreuve , et qui peut s'exprimer au moment de la mort comme une remise de sa vie à Dieu , Père d'une infinie tendresse pour ses créatures.


Que retenir pour notre vie ?

Même si nous ne comprenons pas ce qui nous arrive,Dieu est là, il faut lui faire confiance : croire sans savoir, espérer contre toute évidence, faire confiance à la grâce, à l'amour de Dieu, notre Père, qui nous laisse libre de suivre ou non le chemin qu'Il nous trace en Jésus-Christ.Mais qui nous assure que ,de notre naissance à notre mort, son Esprit nous accompagne, que nous ne sommes pas seuls et que nous pouvons d'abord aimer, aimer les autres malgré les conventions, les moqueries, ou bien malgré ce qui encombre nos vies matériellement et physiquement . Nous pouvons alors laisser de côté nos ruptures, nos doutes, nos lâchetés, et , sachant que le pardon nous a été donné , choisir de vivre dans le sillage du Christ.

Alors, c'est ça la bonne nouvelle de ce texte qui va nous pousser à nous réjouir de cette fête de Noël qui s'annonce à nouveau et nous rappelle le don inestimable de Jésus pour l'humanité. C'est là notre certitude, notre foi.


Amen !


Isabelle CHRISTOPHE & Claudie GREUTER